♀ le genre & l’écran ♂

pour une critique féministe des productions audiovisuelles

Accueil > Films en salle > Tout peut changer. Et si les femmes comptaient à Hollywood

Tom Donahue


Tout peut changer. Et si les femmes comptaient à Hollywood


>> Geneviève Sellier

mercredi 19 février 2020


Produit par Geena Davis


quand le coût exorbitant des équipements sonores permit aux banquiers de prendre le pouvoir sur les studios. Alors que les femmes étaient actives dans tous les secteurs créatifs à l’époque du muet, elles sont aujourd’hui quasi totalement absentes des postes de commande à Hollywood.

Une première prise de conscience de quelques réalisatrices dans les années 70 s’est heurtée au refus des syndicats (tout puissants à Hollywood) d’appliquer les lois anti-discrimination. Une nouvelle génération de militantes féministes a émergé dans les années 2000 dans tous les métiers du cinéma et de la télévision, et la vague #MeToo a permis de franchir une nouvelle étape, pour forcer les studios d’Hollywood à appliquer la loi contre les discriminations à l’embauche, que ce soit vis-à-vis des femmes ou des minorités.

Les nombreux témoignages, des stars les plus connues aux femmes qui travaillent dans les coulisses, mettent l’accent sur les mécanismes d’exclusion dans ce monde d’hommes blancs hétérosexuels qui se cooptent entre eux.

L’exclusion des femmes des postes de pouvoir à Hollywood a des conséquences graves sur le type de représentations qu’offre le cinéma ; les films souffrent d’un déficit de personnages féminins valorisant, ce qui freine l’émancipation des filles. Ce déficit est documenté par des chiffres accablants, aussi bien du côté de la profession que du côté des représentations.

Actuellement engagées dans une bataille pour obliger Hollywood à appliquer la loi, ces militantes sont une source d’inspiration pour nous, même si l’industrie du cinéma français est moins discriminante pour les femmes, grâce aux mécanismes de régulation mis en place depuis 70 ans par les pouvoirs publics : la commission d’avance sur recettes, le plus connu d’entre eux, permet à un plus grand nombre de femmes d’accéder à la réalisation (actuellement 20 à 25 % de la production), mais les cantonnent dans les films à petit budget.

Je trouve ce documentaire sur la sous-représentation des femmes à Hollywood extrêmement bien documenté, dans l’esprit et avec les données réunies par l’Institute on Gender in Media créé par Geena Davis. Le documentaire montre l’importance des données chiffrées dans cette bataille pour l’égalité, qu’il s’agisse de compter le nombre de films réalisés par une femme, ou le nombre de personnages féminins ayant la parole dans les films. Il témoigne aussi d’un niveau d’engagement des femmes dans l’industrie beaucoup plus élevé qu’en France.

Très bien construit et rythmé, il s’adresse au plus large public qu’il peut convaincre de la nécessité d’une représentation plus égalitaire des femmes et des minorités au cinéma.


Polémiquons.

  • Certes il s’agit de l’industrie cinématographique made USA (Hollywood), mais cette dernière fait partie du "soft power" américain qui, du fait de la mondialisation, bon gré mal gré, « formate » les esprits sur de vastes contrées.
    Alliant l’histoire du cinéma US (du muet jusqu’aux récentes années), des données statistiques incontestables (mettant en exergue les discriminations au sein de cette industrie), l’économie (démontant les croyances de non rentabilité des œuvres réalisées par les femmes), la politique (mise en évidence de l’anti-constitutionnalité de cette situation américaine), la dimension artistique (non la lutte contre les inégalités n’est pas synonyme d’une baisse de la qualité artistique), ce film-documentaire met en lumière les mécanismes en œuvres ainsi que les résistances du « système ».
    De plus nous découvrons que des groupes de femmes ont lutté contre cette situation depuis de nombreuses décennies (Metoo, 50/50 n’étant que le prolongement de cette lutte contre la discrimination).
    Film documentaire ABSOLUMENT à voir

Polémiquons ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.